Ces trois lettres, API pour « application programming interface », sont en train de révolutionner l’IT. Il y a encore quelques années, les applications étaient consacrées à une tâche en particulier : en gros, les SIRH géraient les problématiques liées aux ressources humaines, les CRM aux interactions avec les clients, et les ERP géraient une partie des fonctions de back-office. Cette structuration monolithique créait ainsi des silos applicatifs rigides et peu évolutifs. 

Puis, les premières offres cloud ont changé la donne en s’ouvrant à d’autres applications, réseaux sociaux, open data, objets connectés, intelligence artificielle. Au cœur de ce bouleversement, les API se définissent comme du code facilitant l’échange standardisé entre deux applications ou services. Ces API ont aujourd’hui une telle incidence sur la transformation du business des entreprises qu’on parle aujourd’hui d’économie des API. Chacun mesure l’immense valeur ajoutée d’intégrer ses systèmes à ceux de son écosystème d’affaires.

Avec le développement des API, les entreprises évoluent vers une stratégie de plateforme. En s’interconnectant à des applications tierces et en ouvrant leurs systèmes d’information à l’extérieur, les sociétés et les métiers génèrent des données et créent de la valeur pour d’autres. Plusieurs modèles économiques en ont émergé comme le montre le succès des plateformes de VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur), d’Open Banking ou d’e-commerce. Une étude de Gartner montre que des entreprises comme Salesforce génèrent 50% de leur chiffre d’affaires rien que par le biais des API, eBay en produit 60% et Expedia 90%.

Lire plus…